Deux entrepreneurs se challengent lors d’un Club pro avec deux chevaux

Jeudi 22 septembre, à Viavino, la start up EIQUS* a proposé une animation avec des chevaux en semi liberté. Ce rendez-vous dédié aux entreprises du territoire est organisé par le Pôle Entreprendre du Pays de Lunel.

L’artiste peintre Dysabo et Emmanuel Servajean ont testé leur capital émotionnel lors d’une série d’exercice en lien avec deux chevaux camarguais en semi liberté. Dysabo s’est lancée la première. Après une rencontre avec l’animal, elle a tenté de mettre les équidés en mouvement. Une tâche pas si aisée qu’elle n’y paraît. « C’est impressionnant au début car on sait qu’il y a beaucoup de monde autour. Une fois que je me suis approchée, j’ai senti l’odeur des chevaux et lorsque la connexion s’est créée avec l’animal, je me suis sentie dans une bulle intemporelle, j’ai oublié les gens autour », relate l’artiste.

Puis, c’est au tour d’Emmanuel Servajean de rentrer en scène. « J’avais vraiment envie de vivre cette expérience, de trouver cette connexion comme a su le faire Dysabo avant moi et de créer cette confiance avec les chevaux ». Une fois les deux participants familiarisés avec les équidés, Nadège Gajic, la fondatrice d’EIQUS, leur a proposé de se partager le terrain où ils se trouvaient, de se placer dos à dos et d’arriver à faire marcher puis trotter les deux chevaux sur un tour complet.  Mission accomplie. Dysabo, Emmanuel Servajean ainsi que l’un des deux chevaux sont équipés d’une montre cardio qui analyse ce qu’ils ressentent et établi une analyse à partir des résultats obtenus.

Face à soi-même

Les deux entrepreneurs en ont retiré plusieurs leçons applicables à leur activité, en plus d’une belle expérience. « Entreprendre c’est communiquer. Si on ne communique pas ou pas bien, avec ses clients ou ses équipes, cela ne fonctionne pas. On ne se voit pas quand lorsque l’on s’adresse à quelqu’un. Le cheval nous tend un miroir authentique de la manière dont notre discours est compris, cela nous met face à nous même », analyse Dysabo. « Comme dans l’entrepreneuriat, on sait pas si ça va marcher mais on tente, il faut essayer, faire d’autres propositions si ça ne fonctionne pas, jusqu’à ce que ça marche. Le respect des être humains de l’intégrité des animaux est fondamental », renchérit Emmanuel Servajean.

*Accompagnée par Via Innova, EIQUS a développé un protocole scientifique inédit qui détecte les traumatismes grâce à la relation avec le cheval et propose des programmes santé, bien-être et performance sur mesure.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×